Une histoire du Cap Matifou racontée par un descendant des Stallano.

" Qu'elle est jolie, la ville de neige sous l'éblouissante lumière ! " écrit Guy de Maupassant décrivant Alger dans : Sur l'eau et autres récits méditerranéens.

La plus belle vue sur Alger et sa baie, c'est depuis le Cap Matifou que l'on pouvait l'admirer.

 

Le jour, la ville dansait dans les mirages de la brise marine, le soir, le soleil couchant révélait la silhouette de la Casbah.

La nuit, elle scintillait de tous ses feux et s'admirait dans l'eau pure, mêlant ses reflets à ceux des étoiles qui veillaient sur notre monde.

 

 

Les Mahonnais, dont mes ancêtres les Amengual et les Camps, les Espagnols comme les Escriva et les Molines ou encore les Italiens, dont mes ancêtres les Stallano, rendirent fertiles ces terres arides et bâtirent le hameau rattaché à La Rassauta, puis à Aïn Taya, et qui devint, plus tard, la commune du Cap Matifou.

Ce site est dédié à tous ceux qui, à la sueur de leur front ont bâti ce pays, à ceux qui sont nés et ont vécu, comme moi dans ce petit coin de paradis, dont ils ont été arrachés brutalement en 1962.

Je ne peux dissocier le cap de son décor ; ce site fait aussi une large place à l'ensemble de la baie.

Voir aussi la vidéo d'une balade depuis le Cap vers Ain-Taya et Alger-Plage.


Agrandir le plan

Copyright © 2006-2015 " 2 @ ". Tous droits réservés.