Cette page est la vôtre. Son but est de servir de lien entre tous les anciens du Cap, elle est à la disposition de ceux qui souhaitent partager certains documents, souvenirs, témoignages, photos de classe...


Incroyable, mais vrai.
Quelqu'un s'est reconnu sur cette photo de 1926 : c'est Lucien Cervera - né en 1913    ! ! !
Certains le connaissent : c'est le fils de Met' Petit' !
Il nous a confié ses souvenirs dans le site le Cap Matifou de Lucien Cervera.

La plus ancienne photo de classe du Cap Matifou vers 1925-26 au premier plan les sœurs Josette et Rose Casasnovas.
Qui reconnaîtra d'autre personnes ?

Des photos de classe de la Pérouse de 1950 à 1957 envoyées par Jeannine Liguori et ci-dessous, des photos de 2008 de l'ancienne église, du fort et du port.

 

 

 

 

   

Une photo de la classe de CE1 de 1955-1056 envoyée par la famille de Jacques Salichon qui tient l'ardoise..

Ali nous envoie ces deux nouvelles photos

Toute une série de photos que nous envoie Omar d'Alger-Plage, des vues de la Mairie, de la Place, de l'ancienne église devenue local des scouts musulmans, des maisons Périano, Cervera, Salort, de l'ex-salon de coiffure, du stade, de la Brise Marine....

Voir aussi la vidéo d'une balade depuis le Cap vers Ain-Taya et Alger-Plage.

 

 


Voici de nouvelles photos des Castors offertes par Pierre-Jean Fournier également des"Castors".


Jean-Marie Oliver, des Castors de l'A.I.A. nous envoie ces photos, il aimerait avoir une photo récente de sa maison.


Des photos de classe de l'école de La Pérouse envoyées par Jean-Roger Cresta.


Richard Salort

nous envoie ces photos de classe de 1955 à 1961.

Une autre photo de 1955


Encore de la part d'Ali du Hamiz : l'église de Surcouf, les Tamaris, le fort.


Alger-Plage également a inspiré un poème à Jan Goure.

Jan Goure, de son vrai nom : Roger Juan, nous raconte : il est "né en 1928 dans une petite ferme prés de Douéra. Son père, assez vieux, et pas remis de la 'grande' guerre, ses parents ont vendu leur petite ferme et se sont retirés ( retraités sans retraite ! ) dans une petite 'villa' à Alger-plage en 1936.


Son père y est mort en 1946 ; sa mère en 1948, quelques jours avant qu'il parte accomplir mon service militaire... la maison a été vendue.
Ses parents ont été soignés par le docteur Bichelberger."

Télécharger le poème


Ali du Hamiz s'intéresse à l'histoire de Rouïba, il nous adresse ces photos récentes du Cap et des "Quatre chemins". Ces images parleront à tous les anciens Capucins, certains reconnaîtront leur maison.

Ali a également conçu un Blog sur Rouïba, voyez l'adresse à la page des liens.

Nous savions que l'église n'existe plus, mais on découvre avec plaisir que le cimetière chrétien est bien conservé.

Quant au café de la jeunesse, le café de mes grands-parents Camps, voici trois vue

s qui montrent son évolution.


Un jeune Algérien du Cap Matifou : Sidali, que je remercie vivement, avait déjà proposé de m'envoyer des photos récentes. Grâce à lui nous voyons comment le village a évolué.

La place est maintenant très plantée.

Le bâtiment de l'église est toujours là, au contraire de beaucoup qui n'ont pas été sauvegardées, comme à Réghaïa...

Après l'émotion de la découverte du nouvel aspect, on se dit : c'est normal, le temps passe, la vie continue...

La maison a changé, la toiture a disparu, des bâtiments ont surgi à la place du jardin, c'est toujours un commerce, mais de plomberie et de quincaillerie.


Francette Salort (née Serra) nous confie cette photo qui remonte à 1937 ou 1938, il s'agit de l'inauguration du boulodrome en présence du maire de l'époque : M. Rosfelder, avec les enfants : Yvette Périano et Marcel Serra (frère de Francette).


Henri de "la croix du sud" nous envoie ces photos du fort qui vient d'être restauré.

image de GoogleEarth :


Henri Guey raconté ses souvenirs de jeunesse et notamment son séjour à l'Ecole Professionnelle de l'Air dans un ouvrage intitulé " A mon fils, à mon Algérie "

Il nous fait profiter d'un extrait où il raconte ses dernières années en Algérie.
Télécharger au format pdf


Parmi les premiers témoins, s'est manifesté Max Bichelberger, le fils du mécecin et maire du Cap dont tous les Capucins se souviennent.

Il nous offre amicalement un des souvenirs précieux qu'il pu rapporter du Cap à l'époque de Rusguniae, il s'agit de pièces romaines trouvées dans les ruines d'une villa.


Francette Salort nous fait partager ce poème qu'elle a composé à l'occasion d'un concours. Chacun qui a vécu au Cap se laissera émouvoir par les souvenirs qu'elle y évoque et se penchera sur son passé quand elle nous rappelle "les morts et les secrets" que nous y avons laissés.

Télécharger au format pdf


Simone Gautier nous rappelle que son mari a fait une préparation militaire au centre Siroco, ils habitaient à Aïn-Taya. Le destin a frappé leur jeune couple le 26 mars 1962 lorsque son mari a été tué devant les marches de la Grande Poste.

Elle raconte son témoignage dans un ouvrage intitulé : le Plateau des Glières – Alger, lundi 26 mars 1962.

voir les liens


Quant à moi, je retrouverai peut-être ou aiderai-je à se retrouver les personnes dont les noms me reviennent : les Salort, Les Bentolila, les Bénéjean (Benejam) les Vidal, Cervera, Gomila, Bagur ou Vacarisas..., ou ceux qui ont fréquenté l'école communale comme Adrien Trani, Pierre-Yves Tuduri...

En dehors de ma famille, le destin nous ayant éparpillés aux quatre coins du monde, je n'ai gardé des contacts qu'avec les Jordi-Carreras, les parents de l'historien Jean-Jacques Jordi.


[une histoire][les Italiens][les Mahonnais][une famille][temoignages][les liens][livre d'or]

Copyright © 2006-2015 " 2 @ ". Tous droits réservés.